Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2016

Des paroles en mémoire

Le jeudi 7 janvier, nous étions une centaine de personnes rassemblées en mémoire des victimes des attentats terroristes et pour affirmer notre résolution à défendre et à illustrer nos libertés, à commencer par la liberté d'expression.

Un bref discours a été prononcé. En voici le texte intégral.

"Chers amis,

Il y a un an, jour pour jour, 12 personnes ont été assassinées  dans les locaux de Charlie hebdo. D’autres crimes ont suivi. Le 13 novembre dernier, ce sont 130 personnes qui ont été sauvagement et lâchement exécutées. Parmi ces victimes deux Euréliennes : Marion Jouanneau et Djamila Houd. Selon le Mémorial que l’on peut consulter sur le site du journal « Le Monde », Marion Jouanneau avait 24 ans. Elle était de Chartres. Elle devait s’envoler dans quelques semaines pour visiter New York avec des amis. Djamila Houd avait 41 ans. Elle était de Dreux et travaillait chez une créatrice de mode parisienne. Elle avait une fille de 8 ans.  Nous sommes aujourd’hui toutes et tous réunis en leur mémoire et en la mémoire de toutes les victimes du prétendu et criminel Etat Islamique.  Nous sommes toutes et tous réunis pour adresser à leurs familles et à leurs amis notre soutien le plus sincère et le plus chaleureux.

marion-jouanneau-djamila-houd.jpeg

Marion Jouanneau et Djamila Houd Photo: L'Echo républicain

Une minute de silence a été observée à ce moment du discours.


Dès le 8 janvier 2015, le lendemain des meurtres des journalistes et caricaturistes de Charlie Hebdo, nous étions pour beaucoup d’entre nous déjà réunis sur cette même Place ou en d’autres lieux pour manifester notre émotion, notre indignation, notre volonté de défendre nos libertés. Car nous ne sommes pas ici seulement en la mémoire des victimes d’une barbarie aveugle. Nous sommes ici pour affirmer haut et fort notre détermination, pour affirmer que nous ne céderons jamais sur nos valeurs républicaines et nos principes laïques.  C’est un combat que nous menons avec force et vigueur. Le combat pour la liberté, pour l'égalité et pour la laïcité. Pour que chaque citoyenne et citoyen de France puisse choisir librement sa religion ou sa philosophie. Pour que chacun, chacune d'entre nous puisse à son gré changer d’opinion, mais aussi critiquer ou moquer celle des autres, y compris en utilisant la caricature et la satire devenues traditionnelles dans notre pays.

C’est cela la liberté de conscience et d'expression garanties par la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 sous l'égide de laquelle nous sommes ce soir et sous l'égide de laquelle notre république s'est placée.  Tant qu'elle ne trouble pas l'ordre public c'est-à-dire qu'elle ne menace pas la vie de celles et ceux qui ne pensent pas comme nous, cette liberté doit être absolue. Et c'est bien là qu'est notre combat contre tous ceux qui voudraient nous terroriser.


Ce combat, mené à la pointe de nos stylos et crayons, poursuivi là dans la rue n'est qu'un débat d'idée. Rien à voir avec les balles d'une kalachnikov. Ce sont leurs armes qui font couler le sang. Pas les nôtres.
Le combat que nous menons poursuit celui des fondateurs de la République. Dans la République française, les croyants les plus sincères peuvent vivre librement leur foi tant qu’ils ne prétendent pas dicter la loi. Et leur foi n'en est-elle pas plus authentique que dans ces pays où l’affichage de la croyance résulte de l’oppression étatique ou de la pression sociale ?

Cette liberté est notre bien le plus précieux, à nous toutes et tous, quelque soit notre langue, notre culture, notre couleur de peau, notre religion, nos convictions. Elle a été conquise dans le sang et les larmes. Nous n’y renoncerons jamais".

Sur Youtube, une vidéo a été mise en ligne par Hugo Bembi. Elle est intitulée "La liberté en marche":


 

16:18 Publié dans Positions | Lien permanent | Commentaires (0)

05/01/2016

Anniversaire Charlie: manifestation et film le jeudi 7 janvier

Un rassemblement est organisé le jeudi 7 janvier à partir de 18h30 Place du Châtelet à Chartres. Ce rassemblement de citoyennes et de citoyens veut honorer la mémoire non seulement des courageux caricaturistes et journalistes de Charlie hebdo assassinés il y a un an, mais celle de toutes les victimes du terrorisme en particulier celles du 13 novembre. Sur la Place du Châtelet se trouve le Monument des Droits de l'Homme. C'est le lieu symbolique le plus pertinent pour réaffirmer, toutes et tous, notre volonté de défendre et illustrer nos libertés directement attaquées par le criminel Etat Islamique.

 

Place-du-Châtelet-Chartres.jpg

Place du Châtelet Chartres Rendez-vous à partir de 18h30

Le quotidien Le Monde propose sur son site un Mémorial de toutes les personnes assassinées le 13 novembre #EnMémoire

EnMémoire.jpg

Ce rassemblement sera suivi par la projection du film "L'humour à mort" de Daniel Leconte et Emmanuel Leconte. Cette projection aura lieu au cinéma "Les Enfants du Paradis" à 20 heures. Un débat suivra la projection.


 

 

 Radio Intensité a mis en ligne un entretien avec les animateurs du Collectif laïque d'Eure et Loir. Cliquez sur l'image: 

Radio Intensité.jpg

24/12/2015

Joyeux Noël laïque !

Le mot « Noël » vient, on le sait, du latin natalis, naissance, qui a aussi donné « nativité » et le charmant prénom de Nathalie. La fête de Noël est, historiquement parlant, celle du solstice d’hiver, qui marque le point de départ de la « renaissance du soleil », le 21 décembre, jour le plus court de l’année dans l’hémisphère Nord. Mais la célébration festive de Noël ne se limite pas à cette seule journée. Il faut plutôt parler d’un cycle de Noël : la période qui encadre le solstice était fêtée dans toute l’Europe depuis des millénaires. Les militants laïques ont développé toute une réflexion sur la fête de Noël qu'ils entendent célébrer à leur façon, ainsi que le détaille un article publié sur l'édition "Laïcité" de Médiapart

Quant à la date de naissance de Jésus, le Nouveau Testament n’en dit rien. Aucun texte ne la précise, nous dit Jean-Louis Beaucarnot (Ainsi vivaient nos ancêtres, Éd. Robert Laffont): la controverse dura plus d’un siècle : les uns retenant le 18 avril, d’autres le 25 mars, un autre encore le 6 janvier. Ce fut un pape qui, en 354, la fixation d’autorité au 25 décembre, c’est-à-dire le jour, précisément, du solstice d’hiver... La localisation de la naissance du « petit Jésus » le 25 décembre. Et, dès avant le Moyen Âge, les interdits s’abattirent sur les coutumes antiques. En 391, l’empereur chrétien Théodose prohiba l’exercice public des cultes païens dans les villes de Rome et d’Alexandrie. En 392, l’interdiction fut étendue à tout l’Empire et les temples païens furent détruits ou fermés. Le christianisme était devenu religion d’État.

Les associations de libres penseurs, qui furent le fer de lance du mouvement laïque au XIX° siècle et au début du XX°, rassemblaient à cette époque quelque trente mille adhérents, dont d’éminentes personnalités telles que Victor Hugo, Marcellin Berthelot ou Anatole France. Parallèlement à leur combat politique elles eurent une importante activité culturelle. Elles établirent notamment un véritable programme de promotion des « Fêtes civiles », largement inspiré des grandes fêtes de la Révolution et qui avait pour objet de laïciser les fêtes saisonnières autrefois christianisées. Leur effort principal a porté sur Noël. Leur argumentaire était simple, vif et radical : Noël est historiquement une fête païenne, elle a été « volée » par les chrétiens, il faut donc la laïciser ! La Fédération nationale de la Libre Pensée poursuit cette activité culturelle en organisant des événements, en diffusant un texte de Jean Cotereau "Leur Noël et le nôtre" et en diffusant des livres choisis via sa librairie parisienne.

Dans notre département, ce sont les célèbres Flambarts qui illustrent le mieux ces fêtes solsticiales. Héritiers de traditions immémoriales, les Flambarts se déroulent chaque année à Dreux associés à un marché de Noël, un carnaval, un charivari, des illuminations, une régate et à un spectacle pyrotechnique. Bien qu'elles ne se soient pas déroulées cette année à cause des élections régionales, elles restent une belle manifestation culturelle à la fois inclusive et enracinée.  

Carnaval-des-flambarts.jpg

Les Flambarts.  Photo Comité départemental du tourisme en Eure et Loir